01 juillet 2006

[Archipels] Journal de Bord : Marine 1er Pontaisie

Marine 1er Pontaisie
Peu avant d'aller chercher le fils du diplomate, Baptiste, je me suis rendu dans une échoppe pour me procurer avec le peu d'argent que je possédais trois parchemins comportant un sortilège chacun.
Un premier était un sort d'alarme permettant de détecter une intrusion en avertissant son lanceur que je n'ai pas réussi à recopier sur mon grimoire, certaines runes échappaient encore à ma compréhension. Mais je réussis par contre à recopier les deux autres. L'un permettait le transfert de l'expérience accumulée d'une personne vers le jeteur de sort afin que celui-ci utilise celle-ci pour confectionner un objet enchanté voulue par la personne.
Le dernier permettait de mettre sous hypnose une ou plusieurs personnes et de faire changer leur attitude pour qu'elles acceptent une requête.
Mes premières aventures m'ayant aguerri, j'avais eu le temps de réfléchir à la conception de deux sortilèges, le premier permettait d'identifier les propriétés d'un objet enchanté ainsi que la méthode d'activation. Et le dernier sûrement suscité par le fait que nous devions voler à dos de dragon était feuille morte. Ce sortilège avait la capacité de ralentir une chute libre pendant une certaine durée, ce que je pense fort utile surtout à dos de dragon ou contre ces abeilles géantes ne sachant pas à quelle hauteur vivait ces autochtones.

Toujours est il que par la suite, nous nous rendîmes dans le quartier est de Vellem, quartier bourgeois de par son architecture et de son ornementation. Nous arrivâmes donc en vue d'une maison avec un grand patio entouré de jardins parsemés de fleurs et de fontaines.
La maison du diplomate était connu pour son commerce d'alcool et de spiritueux, et grâce à l'enrichissement par ce commerce, il était devenu membre de l'assemblée.

Après nous être présenté aux serviteurs en donnant la lettre d'introduction qui nous avait été remis, la maîtresse de la maison, l'épouse du diplomate Kanthias vint à notre rencontre avec empressement ordonnant à ses employés de ramener des rafraîchissement pour ses invités. Elle s'empresse de demander si nous avions des nouvelles de son mari. Il lui fût répondu que nous n'en avions pas, mais que notre mission consistait à le trouver et à le ramener. Nous lui apprîmes que nous étions venu quérir Baptiste pour nous accompagner. Apparement, vu sa question et le fait de lui prendre son fils, elle n'était pas du tout au courant de ces faits, elle était même scandalisé qu'on essaye de lui arracher son enfant, alors qu'elle avait déjà perdu son époux. Baptiste fut appelé alors que des liqueurs nous étaient servis dans de petits verres cristals, dégageant une odeur d'orangé. Le jeune homme accepta de nous accepter et nous lui demandèrent de se préparer avec le strict minimum nécessaire comme nous prenions le bateau dès aujourd'hui à midi.
Il nous demanda où nous avions étudié, car il avait fait l'école militaire et connaissait maints stratégies grâce à cela. Il ajouta qu'il avait été aussi au monastère du Poing Vertueux, un ordre affilié à la divinité Kaleb. La plupart d'entre nous répondit que nous avions la pratique alors qu'il n'avait que la théorie.
Il fut de retour vêtu d'un plastron de cuir clouté et vêtu de façon extravagante tel un dandy. Une besace pendait à son flanc d'un côté, et une épée longue de l'autre. Sa lame semblait d'ailleurs être d'apparat qu'une arme pour se battre. Malgré nos tentatives, il ne voulait pas abandonner ses malles. Alors que nous nous mettions en route et qu'il prit quelques distances, j'ordonnais aux serviteurs de se rendre avec les malles au quai sud, l'endroit opposé où nous devions nous rendre.
Nous pûmes constater qu'il y avait peu de bateau dans le port, et beaucoup de dockers qui traînaient sans rien faire. Apparemment, les rumeurs de guerre faisaient fuir les navires. Un carnassé, un lourd vaisseau renforcé de métal au dessus de sa ligne de flottaison naviguait, ses deux roues à aube étaient entraînés par deux lions de mer à l'intérieur.
L'Inadmissible se dressait devant nous, un bateau anncien avec deux voiles, une multitude d'alabatros étaient perchés sur les traverses. Baptiste s'inquiéta de ne pas voir ses malles, je lui dis ne pas s'inquiéter à ce sujet. Un nain dégarni avec encore des cheveux sur les tempes et l'arrière du crâne se dressait sur le pont près de la passerelle d'embarquement et vociférait après une petite silhouette encapuchonnée vêtu de noir et d'une cape qui prenait la fuite alors que le nain essayait de le courser.
"Arrêtez le, au voleur !" criait le vieux nain. Edwil et Archaon tentèrent de l'arrêter. L'halfelin essaya de le faire tomber sans succés. Le prêtre lui décocha un coup de pied. Thadeus saisit la canne d'un homme âgé pour faitre trébucher le voleur qui malgré cela réussit à se réceptionner et à poursuivre son échappée. Une course poursuite s'engagea alors. Edwil, Archaon, Inthémis et Thaedus le suivirent gêné un peu par les passants, et devant zizaguer entre eux. Seul Edwil semblait gagner du terrain sur le voleur. Lors de la poursuite, le fuyard esquiva un étal de poisson, le prêtre tenta une manoeuvre audacieuse en tentant de sauter horizontalement entre les bacs à poisson et le toit en toile de l'étal. Malheureusement, il glissa sur le ventre sur les poissons et vint percuter le sommet d'un des piquets soutenant le toit de toile. Pendant ce temps, je jetait une poignée de sable, fit quelques passes gestuels et prononçait mon incantation en direction du voleur, mais celui ci résista à mon sort de sommeil. Bientôt il fut hors de portée pour que je tente de l'arrêtre avec un de mes autres sorts. Le voleur emprunta un pont embouteillé par un chariot tiré par les boeufs en marchant en équilibre sur la rambarde du pont. Edwil toujours à sa poursuite suivi de Thadeus un peu plus en arrière sauta au dessus du boeuf en prenant appui sur la tête du boeuf, poursuivant sa course sur le chariot devant le conducteur interloqué. Peu après, Thadeus tenta de prendre le même chemin que le voleur en marchant sur la rambarde et tomba à l'eau.
Seul Edwil était encore dans la course, arrivait à la hauteur du voleur, il tenta de le faire tomber sans succès. Ils arrivèrent en vue d'un bassin dans lequel se trouvait des baleinaux. Le voleur traversa le bassin en sautant par bonds successifs sur la tête et la queue des cétacés. Edwil fit de même sauf que pour son dernier saut, il se servit de la queue d'un baleineau comme toboggan d'envol chargeant ainsi le voleur.
Mais le fuyard échappa encore à sa tentative. Maintenant, ils étaient entrés dans une rue où les maisons à gauche étaient plus basses par rapport à celles de droite, car la rue parallèle était plus basse. Le voleur utilisa les toits quasiment au niveau du sol comme moyen de fuite s'aidant d'une corniche. Edwil parvint à continuer à le suivre. Alors que le voleur faisait le funambule entre deux toits sur une corde à linge tendue entre les deux maisons, Edwil glissa sur ses pieds sur le toi, arrachant une tuile au passage et tenta de la lancer sur le fugitif, mais il manqua son tir. Se rattrapant en fin de course de justesse au fil par les mains, Edwil talonnait toujours le voleur.
"Arrête toi, on peut s'expliquer" cria Edwil avisant le paquet que tenait le voleur sous le bras. Il arriva à  saisir le voleur par l'épaule. "Je te le rends, si tu me laisses partir." dit le voleur. "Entendu !" répondit Edwil.
Le voleur lui tendit le paquet et prit la fuite en sautant sur le rebord d'une fenêtre plus basse et s'y engouffra.
Edwil ouvrit le paquet et y découvrit une sorte de boussole, un boitier circulaire en bois, cerclé de métal dont l'aiguille était remplacé par un doigt momifié. Edwil revint nous rejoindre au port. Le nain lui demanda s'il avait récupéré le Doigt de Dathis et rattrapé le voleur. Edwil lui répondit que oui mais qu'il avait réussi à s'échapper mais qu'il avait réussi à récupérer l'objet volet. Cet étrange boussole nous apprit il, permettait de traverser les rocs brisants sans encombre grâce aux indications du doigt qui montrait le rocher le plus proche. Nous apprîmes que ce nain était le capitaine du navire l'Inadmissible, Trenok Face Rouge. L'individu portait un pantalon rouge et blanc à rayures, une armure d'écailles sous une chemise, avec en bandoullière un clairon en or ornementé. Nous lui présentâmes nos lettres montrant que nous étions diplomate de Vendrest. Quand nous voulûmes lui parler de notre destination à l'écart étant donné qu'il y avait d'autres voyageurs, nous apprîmes qu'il était au courant de notre destination. Nous fîmes par la suite connaissance avec les autres membres de l'équipage et les voyageurs.
Nous pûmes remarquer une énorme hache planté à côté de la barre qui servait sans doute à faire couler un bateau lors des abordages.
Nous fîmes connaissance avec Sargis, le second du capitaine, une humaine peu jovial dont les yeux étaient dissimulés par de petites lunettes aux verres fumés, grande et mince, mais portant des vêtements amples.
Maître Uirgen Iorilistan, le maître ailier, un gnome bedonnant d'une soixantaine de kilos dont la tâche consistait à manoeuvrer les albatros lorsqu'il leur faisait prendre leur envol par des filins qui les reliait au bateau afin d'aider à l'avancée du bateau sur les mers. Il y avait environ une vingtaine de marins qui consistuait l'équipage. Le Capitaine nous présenta de façon succinte les autres voyageurs. Yindille de Forage, une jeune fille d'une quinzaine d'années aux grands yeux noirs tristes accompagné d'une femme imposante à la poitrine mamaire imposante vêtu d'une robe stricte, sa gouvernante.
Le Diacre Ulert, petit homme sec en mission de diplomatie désirant se rendre rapidement à Unther Lûken, lieu priviligié de Vultor, qui était lui même prêtre de cette divinité.
Un fringant mercenaire nommé Febrak le Brun, un grand humain aux cheveux blonds, aux pectoraux saillants sous sa chemise de mailles et aux larges épaules sur lesquelles pendait une cape de brocard noir du plus bel effet.
A l'arrière du bateau, seul, se trouvait un elfe à l'écart vêtu d'une cape et d'un chapeau bleu roy.
Et enfin, vêtu d'un manteau de toile brune, un humain nommé Tassel, un explorateur.
Je dis au Capitaine que nous pouvions y aller. Les marins qui s'activaient sur le pont portaient des cirés et des chapeaux tâchés de fientes d'oiseaux alors que le gnome fit décoller les albatros attachés aux filins pour l'avancée du bateau. Quelques elfes sur le port saluent le départ de notre bateau. On peut distinguer au loin une fumée se dégageant du quartier des entrepôts. Les déjections d'albatros recouvrent aussi une partie du pont ce qui occasionnent quelques glissades des marins sans toutefois réellement ralentir leurs manoeuvres.
Des ombrelles sont mis à la disposition des voyageurs désirant marche sur le pont sans recevoir sur elles les déjections des oiseaux. L'ambiance est un peu tendue, quand Sargis donne ses ordres d'un ton sec. Les marins parfois sont un peu lents dans leur manoeuvre distrait par la présence d'Inthémis. Mais cela dure peu de temps, une fois que les ordres de Sargis résonnent comme des coups de fouet sur le pont.
La traversée prendra cinq jours pour atteindre les rocs errants que nous traverserons avec le doigt de Dathis malgré les appréhensions qu'émet Edwil à ce sujet.
En effet, les rocs errants sont comme des icebergs se déplaçant de façon aléatoire selon les courants, ce qui est encore plus dangereux que des récifs qui restent statiques. Ensuite, arrivé ce point, il nous faudra encore une journée pour atteindre le point de rendez vous avec le dragonnier à la Main Ouverte.
La gouvernante jette des regards mauvais à tout mâle qui pourrait regarder avec trop d'intérêt la jeune Yindel. Inthémis d'aller parler avec la jeune fille. Elle apprend que celle-ci doit rejoindre son future époux à Bryance qui a une très bonne situation. Thadeus quand à lui fait des passes d'armes sur le château où se trouve Sargis qui lui ordonne de descendre. Il fit mine de descendre, et reprend de plus belle. Sargis le récrémine de nouveau et appelle le Capitaine. Finalement, Thadéus descend sur le pont en faisant un salto arrière et continue ses passes d'armes et sabre un tonneau d'eau douce en signant d'un "T". Malheureusement, le jeune garçon perce le tonneau qui commence à fuir, et en manière de rien, il obstrue le trou avec de la fient d'albatros partant en sifflotant.
Baptiste panique en apprenant de la bouche du capitaine qu'il n'y aucune de ses malles sur le navire. Je lui dis qu'il arrivera à survivre avec les habits qu'ils portent. Il semble désappointé de ne pouvoir changer de garde-robe. Il porte une bague en or sertie d'une jade en forme de jade et une chaîne avec uen améthyste en sautoir.
Edwil quand à lui va parler avec l'explorateur Tassel, chercheur en île perdue, ayant pour destination Bryance afin de trouver des mécènes susceptibles de financer ses recherches. Tassel interroge Edwil sur sa destination. Edwil répond de façon évasif et lui parle ensuite des humanoïdes insectes qui n'évoque rien à l'explorateur.
Archaon entame la conversation avec le diacre Ulert. Je me dirige vers l'elfe à l'arrière du bateau qui chante une vieille chanson, j'attends qui est fini et tente d'entamer la conversation avec lui. J'apprends qu'il s'est mis lui même en exil suite à une perte douloureuse et qu'il n'a d'autre but que de retourner sur l'île lorsque sa fin sera proche. Je le laisse en lui disant que s'il désire parler, je serais disponible.
Je profite par la suite quand le bateau fait halte, d'aller plonger pour aller quérir quelques algues.
Dans la journée, nous remarquons que le Capitaine a des sautes d'humeur, les marins se faisant tout petit à ces moments là. Le capitaine s'isole alors, et Sargis prend le relais. Un marin nous dit qu'il vouerait un culte à un dieu maléfique et que Sargis et lui seraient amants. Est ce de l'affabulation ?
Baptiste quand à lui essaie d'utiliser son baratin devant la jeune Yindel devant une gouvernante sur le qui vive.
Je propose que nous mettions en commun ce que nous avons appris en commun sur les différents voyageurs à qui nous avons parlé. Le diacre a informé Archaon que des grands prêtres avaient eu des visions de chaos, qu'il allait à Unther pour porter des nouvelles. Il a appris que Vendrest avait envoyé des espions sur l'île de Némédia mais qu'il ne savait pas qui étaient ses espions.
Archaon va trouver Sargis pour lui demander de retirer ses lunettes. Irrité par son refus, il utilise un sortilège de frayeur sur elle. Ses incantations ayant attiré notre attention, nous intervenons. Sargis anime une corde non loin de là pour entraver Archaon mais celui ci réussit à échapper à l'emprise de la corde. Inthémis s'interpose entre les deux bélligérants, le capitaine arrive et nous parvenons à calmer la situation en présentant des excuses.
Inthémis se rend au coucher du soleil sur l'arrière du bateau pour prier Céoris, Thadéus prie aussi à côté d'elle. Je profite du repas pour proposer à Sargis d'échanger des sorts de nos grimoires respectifs. Elle me répond qu'elle y réfléchira.
Le lendemain demande si quelqu'un veut bien l'aider à tester son appareil à enrouler les cordes plus rapidement. L'appareil est constitué d'un ressort pour le mécanisme. Inthémis se propose, il a besoin qu'elle excerce une traction sur la corde pour faciliter le début de l'enroulement. L'appreil semble bien fonctionner mais soudain il s'emballe et le gnome se retrouve à faire un vol plané en direction de l'eau alors qu'Inthémis tient encore la corde. Elle finit par lâcher prise à cause de la force de traction de l'appareil qui officie toujours mais tombe aussi à l'eau. Je plonge à l'eau suivi de peu par mes camarades. Le gnome est sous l'eau tenant toujours la corde, je lui fis signer de lâcher, il n'obtempère pas et je tire d'un coup sec.
Remonté à la surface, il crie de sauver son appareil, je plonge et réussit à remonter l'appareil sans trop de difficulté. Nous remontons tous à bord sans encombre.
Je propose à Edwil de retourner parler à Tassel pour connaître ses connaissances, et lui parler de Némédia de façon indirecte sans préciser que c'est notre destination. Mais Edwil précise que c'est notre destination, mais l'explorateur ne semble rien connaître à ce sujet, et qu'il n'a pas ses livres à sa disposition pour nous montrer ses connaissances.
Les albatros sont affamés et deviennent fous en vouant un banc de poissons volants passe près de nous. Il est décidé de laisser les albatros mangeaient tout en tenant leurs filins. Nous les assistons en tenant le corde mais je suis malheureusement entraîné et tombe à l'eau. Je prends garde qu'un albatros ne prenne pas mon hippolulle pour un poisson volant. Une petite nixie arrive à ce moment là surle dos d'une sorte de petit dragon aquatique et vocifère qu'il va fallloir la dédommager pour avoir piller son troupeau, le banc de poisson. Nous disons au capitaine qu'il faut payer réparation. Il accepte disant qu'il ne veut pas s'attirer les foudres d'un esprit des eaux. Deux colliers lui sont remis qu'elle passent avec empressment autour de son cou apparemment satisfaite. Elle repart peu après suivi de son banc de poisson alors que je remonte à bord.
Lors des prières le soir suivant à Céoris, Inthémis constate que Tassel et Thadéus le prient aussi. Elle apprend que Tassel a été quelque temps sur Ceylyan, qu'il a pu poser quelques questions sans importance à l'Oracle. Archaon tente de provoquer en joute Baptiste pour qu'il montrer ses aptitudes, il est par contre d'accord pour croiser le fer avec Inthémis et démontre face à celle une grande habileté.
Edwil quand à lui dépouille quelques marins de leur solde en faisant un bonneteau avec eux.
Dans la nouvelle journée qui suit, arrive à babord à la surface de l'eau une baleine à cornes. Elle fait plus de dix mètres de long et est recouvert de deux pointes osseuses, elle pousse des barissements rauques. Fait étonnant, elle est seule alors que ces créatures voyagent d'habitude en troupeau. Elle charge dans la direction du navire, Edwil remarque qu'elle a une plaie purulente sous un de ses yeux. Plus loin, derrière elle, se trouvent deux tehanis, deux créatures humanoïdes aquatiques chevauchant des dauphins nous faisant de grands signes. Edwil tente de faire pivoter la barre pour mettre le bateau hors de la charge de la baleine mais il n'y arrive pas, Inthémis vient lui préter main forte et à eux d'eux ils réussissent. Mais malheureusement, les albatros n'ont pas changé de direction, Thadeus vient donc aider le gnome à les faire changer de cap alors que le bateau est tiraillée dans deux directions. Pendant ce temps, j'ai décidé de plonger dans l'eau et me met dans la ligne de vue de la baleine, je commence une série de gestes lents et répétitifs hypnotiques en psamoldiant et en effectuant quelques gestuels de la main. L'attitude de la baleine change, elle ralentit sa course et semble indifférente à notre présence, c'est à ce moment là que ce fou de Baptiste saute sur la tête de la baleine et s'apprête à la frapper de son épée.
Je décide d'incanter pour l'endormir et j'y parviens. Les tehanis nous rejoignent et disent que la baleine vient de leur troupeau et qu'elle a été attaqué par des plantes aquatiques carnivoires qui l'ont blessé sous l'oeil.
race_tehani1L'un d'eux applique un onguent sous la paupière de la baleine pour la soigner, ils nous remercient de ne pas avoir tué la baleine. J'en profite pour leur demander quelques renseignements. Ils nous parlent des Uloï, des gobelins à la peau rouge agressifs voyageant sur des petites embarcations, des bateaux bêtes et attaquant à vue. Edwil leur parle de Némédia. Ils nous répondent que l'île est entouré de brumes, et qu'il y a des démons volants, sûrement les abeilles géantes nous disons nous. La brume serait elle même dangereuse.
Nous les remercions de ces informations et ils nous quittent. Plus tard, Sargis me permit de consulter son grimoire, je pus recopier avec succès corde animée, qui permettait de mouvoir une corde pour enchevêtre quelqu'un à proximité et protection contre le mal, une barrière non visible gênant les créatures maléfiques.
Ulert décide de faire un sermon en l'honneur de Vultor et invite chacun à évoquer un secret qu'il cache. Le maître coq annonce qu'il se prépare des repas supplémentaires. Un des marins dit qu'il a un enfant dans une île. L'elfe décline l'offre.  Le gnome est rentré à l'école de mécanique d'optimus en graissant la patte à son instructeur. Sargis a de la famille à Vellem et refuse de voir ses parents à Vellem depuis qu'ils n'ont pas accepté le fait qu'elle apprenne la magie. Fendrak avoue qu'il n'est pas un véritable mercenaire, qu'il a horreur de se battre, qu'il a fui dès l'annonce de rumeur de guerre à Vellem. Yindel annonce qu'elle n'est plus vierge, ce qui provoque la consternation de sa gouvernante qui la ramène dans sa cabine. Thadeus avoua qu'il avait percé le tonneau et bouchait avec de la fiente. Edwil dit qu'il avait menti à sa mère lorsqu'elle lui donnait des choses à faire. Archaon annonça qu'il avait du sang océen. Tassel annonça qu'il avait enterré un trésor sur une île contenant des pièces d'or et des gemmes. Quand à moi, je dis que je ne dirais rien, je ne vénère pas Vultor. Inthémis alla parler à la gouvernante pour tenter de la convaincre d'abandonner le mariage de Yindel et de choisir une autre destination. Je propose à Edwil, et Thadeus de monter la garde cette nuit près de la cabine de l'explorateur pour s'assurer que personne ne vienne le questionner par la force au sujet de son trésor. C'est Thadéus qui monte le premier tour de garde. Il entend du bruit non loin et après s'être approché remarque que le capitaine est sorti de la cabine, la boussole à la main. Il a l'air étrange et avance jusqu'au bastinguage. Thadéus le suit, il voit le capitaine marmonant tendre lentement la main tenant le doigt de Thadis vers l'eau. Thadéus prend un filet et le met en dessous de la main du capitaine pour récupérer la boussole. Après l'avoir récupère, il parle au capitaine, celui ci se met en colère et réclame la boussole que Thadéus lui rend. Il la jette cette fois ci à l'eau et la réclame à nouveau à Thadéus. Il avance vers celui ci menaçant près à l'attaquer alors que le jeune garçon tente de la raisonner. Thadéus décide de prendre la fuite en glissant à l'aide de la fiente sur le pont et crie pour nous alerter. Archaon, Inthémis, et Edwil l'entendent et sortent pour voir ce qui se passe alors que je reste endormi sourd à cette alerte. Edwil tente de contourner le capitaine avec une corde, puis de lui enserrer le bras avec celle ci. Il y parvint génant les attaques avec son énorme hache qu'il tente de porter contre Thadéus. Archaon quand à lui utilise une injonction et lui ordonne: "Lâche !" Le nain lâche alors son arme et une forme brumeuse émerge du corps de Tremok, exhalant des ondes de frustration de haine et part vers le large. On me réveille enfin et je plonge avec Archaon à la recherche de la boussole que je pense trouver au fond alors qu'elle est faite de bois et flotte. Heureusement, aidé de la bonne vue d'Edwil, Archaon la trouve flottant à la surface. Par la suite, la situation m'est expliquée, et le capitaine ne semble de se souvenir de rien, mais est soulagé qu'on est récupéré le doigt de Dathis. Je lui demande s'il connaît l'histoire de cette boussole, s'il y a une malédiction qui y est attaché. Il me répond que non. J'ajoute s'il est en possession d'une perle pour tenter d'analyser cette objet par magie, mais malheureusement, il n'en a pas et je ne peux donc rien tenter.
Nous finissons notre tour de garde sans encombre et une nouvelle aube se lève.
Inthémis tente de convaincre Baptiste d'empêcher le mariage en payant la gouvernante avec cent pièces d'or, il lui donne alors une bourse. Pensant qu'elle répondrait à ses avances en échange et ce que n'est pas le cas, il réclame son argent. Elle semble vouloir refuser mais finit par le lui rendre.
La vigie crie : "Rocs errants, droit devant". Le capitaine se préparer à utiliser sa boussole pour se diriger mais par tribord, est annoncé pavillon noir. Deux embarcations sont en vues avec une voile, sur le côté de part et d'autres sont attachés des épaulards. Ce sont des trimarorques. Des gobelins pulullent sur ces petits bateaux. Des lances harpons sont installés à l'avant et l'arrière du bateau. Sur un des bateaux, on peut voir un ogre avec une réserve de rochers. Inthémis s'installe à l'avant pour manoeuvrer un lance harpon. Je suis à l'arrière de l'Inadmissible voyant un épaulard méné par un contingent de gobelins sur son dos.
Un demi orque tenant la barre semble être le chef de ses pirates. Inthémis réussit à toucher la coque d'un des bateaux avec un harpon. Les gobelins sur l'épaulard approchant dangereusement du navire, je les endors tous à l'exception de l'épaulard à l'aide d'un sortilège.
Nous reconnaissons sur un des navires, l'ivrogne qui avait provoqué les elfes à l'auberge.
Nous distinguions mieux le demi orque qui porte des culottes bouffantes, une belle chemise sous lequel il y a une armure de cuir et un beau chapeau orné d'une plume. Il dégaine un sabre et crie : "A l'abordage !"
Des grappins sont lancés sur le navire, mais ils arrivent à monter bord, malgré que quelques cordes soient coupées. Edwil sort à bord du bateau ennemi à l'aide d'une corde et commence à essayer d'entortiller la corde autour des jambes de l'ogre. Des gobelins nous assaillent. Thadeus frappent de ses deux armes, et arrivent à en tuer un. Archaon quand à lui trébuche et blesse un marin au lieu de son adversaire.
Inthémis fait face au demi orque et crie : "Rendez vous !" en le frappant avec le manche de sa pique pour lui laisser une chance d'obtempérer. Quand à moi, ne pouvant incanter sans m'exposer, je frappe de mon bâton le crâne du gobelin qui me fait face qui s'effondre. Archaon réussit à incanter un sortilège de bouclier de la foi pour se protéger. D'autres gobelins remplacent, ceux tués, Archaon et Inthémis se font blessés face à leur adversaire. Les coups de Thadéus manquent une fois sur deux. L'ivrogne s'approche de moi, je lance une incantation sur la défensive pour l'hypnotiser et lui demander de se rendre. Archaon arrive à tuer le gobelin face à lui, mais un autre arrive. Edwil a arrivé à entortiller les jambes, mais sa force n'est pas suffisante pour le faire tomber. L'ogre énervait par ce petit homme, essaie de le frapper, mais son mouvement maladroit le fait tomber à l'eau. Archaon et Inthémis se font de nouveau blessé par leur adversaire respectif, et moi même malgré le fait que je me sois mis en position défensive. Thadéus tue un nouveau gobelin ainsi qu'Archaon, Inthémis parvient à blesser le demi orque. Je suis de nouveau blessé.
Archaon semble reconnaître le demi orque et le crie à Inthémis. Celle ci dit alors : "Ne connaissez vous pas, Mop ? Ne seriez vous pas son fils ?"
Le demi orque dit qu'il est Morduk, et que sa mère s'appelle Mop et ordonne aux autres d'arrêter le combat. Inthémis dit que sa mère s'inquiète pour lui et qu'elle est sans nouvelle. Après discussion, Morduk ordonne à ses troupes de regagner leur bateau, et nous indique qu'il a été payé trois cent pièces d'or par l'homme que j'ai hypnotisé pour nous attaquer. Nous apprenons qu'il compte rendre visite à sa mère et nous quitte enmenant avec lui ses hommes.
Nous avons réussi à franchir les rocs errants sans encombre et nous avons procédé à l'interrogatoire de mon prisonnier ligoté. Après des tentatives d'intimidation d'Inthémis et d'Edwil, nous apprenons qu'il a été engagé par une personne encapuchonné faisant partie des Yeux Invisibles qui parlait d'une voix qui indiquait qu'il était de haute naissance et qu'il boîtait. Il avait cela pour l'argent car il en avait besoin, et qu'il n'avait pas provoquer la bagarre dans la taverne pour les Yeux Invisibles ou Tarek et sa bande.
Nous n'étions plus qu'à une journée de notre rencontre avec le dragonnier.

 

Posté par Waldham à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur [Archipels] Journal de Bord : Marine 1er Pontaisie

Nouveau commentaire