09 juillet 2006

[Archipels] Journal de Bord : Coraline 6 Pontaisie

Coraline 6 Pontaisie
Après l'interrogatoire, ils allèrent questionner Tassel après qu'Edwill leur ai dit qu'ils semblaient agiter lorsqu'il avait appris l'histoire de possession du capitaine et de la sorte de fantôme qui en était émergé.
Ils allèrent chercher Tassel à sa cabine, celui ci ne pouvait tous les recevoir dans sa cabine, proposa de discuter sur le pont, ce qu'ils firent.
Ils apprirent de Tassel qu'il avait entendu parler d'une légende, une créature ancienne appelé Kauchemar qui dévore les âmes, et qui aurait pour maître le dieu noir. Inthémis insinua que Tassel mentait, que Céoris n'apprécierait pas, qu'il avait menti sur le trésor. La paladine poursuivit en disant que Tassel mentait sur tout. L'explorateur répondit que non, que ce n'était pas interdit par les préceptes de Céoris. Archaon réfuta ce que disait Inthémis. Celle-ci lui demanda s'il avait en confiance en lui ou en elle. Question qu'il ne fallait pas poser à Archaon. Celui ci se retira dans sa cabine. Thadeus parla de Céôris comme la purificatrice, qu'il était natif de Momour quand Inthémis lui demanda, que les gens là bas étaient des fanatiques. Inthémis dit qu'on irait là bas et qu'on réglerait le problème mais Thadéus ne semblait pas être de cet avis. Baptiste parlait à l'elfe et je m'interposais pour éviter que l'elfe perde son sang froid en lui disant que c'était l'heure du repas. Nous nous rendîmes au repas, au cours duquel la gouvernante protesta quand on parla de la virginité perdue de la jeune fille. Archaon dit qu'il voulait manger au calme et haussa la voix vers la gouvernante. Celle ci fut intimidé et alla prier Vultor sur l'ordre d'Archaon. Inthémis voulut parler à la gouvernante, mais Archaon s'insurgea en disant qu'il avait vu le premier.
Le lendemain, ils arrivèrent en vue du point de rendez vous, une barque fût apprété pour les y mener alors que l'équipage et les voyageurs leur faisaient les adieux.
Alors que la barque progressait, on pouvait apercevoir cinq pierres dressés, formant les doigts de la main ouverte qui lui a donné son nom. La roche était recouverte d'algues, l'escalade des premiers mètres fit glisser la plupart d'entre nous. Une fois arrivé au centre, nous vîmes un homme vêtu d'un lourd manteau de cuir, d'un casque et de lunettes en visière. L'homme était taciturne et froid, il nous présenta sa monture dénommé Mange pierre. Nous vîmes alors ce que nous avions pris pour un rocher aux premiers abords qui s'anima. La créature était pourvu d'un long cou reptilien, des pattes courtes palmées, de grandes ailes, une petite queue, et trapu, pourvu d'une crête à protubérance. Tildo nous demanda de l'aider à harnacher la nacelle en osier, des couvertures dans laquelle nous devrions monter pour le transport en la mettant sur les ergots de la crête. Les couvertures serviraient à nous abriter du vent et des chutes. Ensuite, le dragonnier nous distribua des rations séchées pour manger avant de prendre l'envol peu après. Il nous donna ensuite une perle de nacre qu'il nous dirait quand avaler pour nous protéger de la brume.
Le dragon battit des ailes comme un forcené, sans que nous décollions, puis une fois sur l'eau, il s'aida de ses pattes palmées pour courir sur l'eau sur une centaine de mètres. Il s'éleva dans les airs, puis pris de l'altitude.
Des dauphins en dessous s'amusaient à sauter dans l'ombre projeté par le dragon. Lors de notre voyage, Tildo pointa son doigt en direction d'une brume verte parcouru d'éclairs. Il nous fit un geste vers la bouche pour avaler les perles. Le dragon amorça une montée jusqu'au dessus de la zone puis un rapide coup sur l'aile, plongea vers le sol et battit des ailes vers le sol pour accélérer.
Nous respirions soudain comme de la fumée, des flammes, de la braise. Notre peau nous démangeait, les yeux nous piquaient.
Le dragon en chute libre nous amena à la verticale de la plage de sable blanc, puis repris soudain son vol en horizontal lorsque Tildo tira les rênes derrière lui. Le dragonnier détacha à cet instant notre nacelle. Je prononçais rapidement une incantation, mes compagnons, et moi semblèrent flotter un instant, et nous tombâmes au ralenti. Nous atterîmes sans mal sur le sable, Batiste tomba quand à lui dans l'eau de mer proche. Nous vîmes au loin des concrétions dissimulant des grottes. Lors de notre plongée, nous avions pu remarquer que l'île était en forme de croissant, et en son milieu tout du long parcouru par une chaîne de montagnes.  Après avoir pris la nacelle pour la cacher, alors que le soir tombait, nous prîmes refuge dans une grotte où nous passions la nuit en montant la garde. Alors que nous pensions escalader la montagne pour avoir une vue dominante de l'île pour voir des habitations de l'île, Thadéus, Edwil se rendirent sur la plage pour faire un petit tour d'inspection. Le ciel était mauvais et les nuages très blanc. Ils nous rapportèrent qu'ils avaient découverte un navire couché sur le flanc, à trente mètres dans l'eau, d'origine de Vendrest d'après sa confection portant le nom de la Précieuse. Après avoir interrogé Baptiste, nous apprîmes que c'était dans ce bateau que son père avait embarqué. Nous décidâmes donc d'aller nous rendre au bateau pour inspecter les cadavres pour vérifier que celui du père de Baptiste n'y était pas. Lors de notre inspections, nous dûmes cacher car non loin de la des cavaliers montés sur des abeilles géants chassaient une baleine. Ils la tuèrent rapidement en la harponnant et la tirèrent avec des cordes. Nous ne trouvâmes pas le corps du diplomate, et rien sur le journal de bord qui pouvait nous indiquer ce qui s'était passé. Les abeilles et leurs cavalières repartirent en longeant la côte. Nous décidâmes de suivre le même chemin, mais la brume nous bloqua le chemin nous poussant à escalader la montagne. L'escalade fut longue et difficile alors que nous nous étions encordé. Ce fut Thadéus qui trouva la bonne voie à emprunter alors que nous étions bloqué dans note ascension. Après plus de trois heures d'escalade en fin d'après midi, nous arrivâmes au sommet de la montagne. En bas, nous pûmes voir une vaste jungle qui recouvrait tout parsemé de rivières et de champs cultivés, et comportant de nombreuses agglomérations dissiminées.
La descente fut plus facile, nous avons décidé de nous approcher du village le plus proche. La jungle abritait son lot de serpents, singes et oiseaux multicolores lors de notre avancée.
Nous dûmes nous dissimuler car des abeilles géantes avec des cavalières passaient régulièrement au dessus de nous. Nous pûmes apercevoir des sortes de dômes, sans doute des ruches au loin que nous évitâmes. Inthémis décida de retirer son armure à plaques car celle ci ne facilitait pas la discrétion. Edwil fut envoyé en éclaireur. Il nous rapporta qu'il avait une mine fortement gardé avec des hommes en majorité dans la mine sans être asservi avec de nombreuses casernes. Nous contournâmes la mine, et suivirent le cours du fleuve pour nous guider. A nouveau, nous nous cachâmes alors qu'une barge menait par quatre hommes avec des perches contenant des métaux et des pierres passait, gardé par des cavalières sur des abeillés géantes en vol juste au dessus.
Le jour commençait à décliner, nous vîmes des champs de fleur dans une zone rasée, une scierie, quelques carrières à ciel ouvert, des pâturages.
Nous vîmes les premières habitations. La ville semblait plaisante et accueillante aux premiers abords. Il y avait des maisons à étages et de pleins pieds. Les femmes et les hommes étaient à leurs travaux. Les maisons étaient faites principalement en bois. Les plus grandes semblaient d'après nous avoir des cours intérieurs. Les femmes portaient des tenues légères, diaphanes. Les hommes musclés portaient des pantalons et avait le torse nu. Les rues étaient peu bondés car la nuit tombait. Baptiste voulait se présenter aux gens pour entamer les négociations. Inthémis était d'accord et Archaon et moi même décidâmes de la suivre. Thadéus et Edwil décidèrent de rester en arrière peu chaud à cette idée. Nous rencontrâmes un homme qui nous appela "mesdames". Celui ci nous indiqua la maison de la marâtre et semblait intimider par Inthémis. En chemin, nous rencontrâmes une femme d'âge mûr devant sa maison. Elle fut étonné de voir les hommes armés, et Inthémis expliqua qu'elle avait subit une attaque et qu'elle avait équipé ses hommes pour assurer sa sécurité. Elle ordonna à Baptiste qui protesta, et à Archaon leurs armes. La femme demanda si nous avions été émasculé pour calmer nos ardeurs. Inthémis répondit que non. La femme supposa qu'Inthémis venait de Menthès.
Nous croisâmes deux hommes dans la rue qui allumait des lanternes. Nous arrivâmes en vue d'une place entouré d'échoppes, un batîment était plus important, l'étage de rez de chaussé était en pierre. Inthémis parla avec des femmes près d'une fontaine. Inthémis dit qu'elle venait de Menthès. Après discussion, une des femmes invita Inthémis pour loger dans sa maison. La paladine accepta. La femme nous conduisit saluant les autres d'un air méprisant sous entendant qu'elle leur avait volé cette honneur sous leur nez.
Nous, les mâles fûmes accueilli par un oenuque qui nous enmena sur les ordres de sa maîtresse, Inthémis resta avec elle. Je commençais à discuter avec un des hommes pour apprendre qu'ils étaient bien en guerre sans savoir contre qui, c'était ce à quoi était destiné les métaux des mines. Les hommes pourraient participer à cette guerre et que les étrangers étaient émasculés. Archaon parla aux hommes de rebellion et de Vultor qui leur était inconnu. Nous entendîmes soudain le bourdonnement de nombreuses abeilles approchés. Nous sortîmes dans le couloir et vîmes 5 femmes armurées se diriger vers nous. Archaon sauta à travers la fenêtre fermée. Baptiste et moi le suivirent. Le fils du diplomate tomba lourdement sur Archaon allongé au sol. Quand à Inthémis, elle se retrouve menacé par 3 femmes et elle se rendit.
Pendant ce temps, Edwil et Thadéus avaient essayé de nous suivre sur les toits, mais nous avaient perdu de vue. C'est l'arrivée des abeilles qui leur indiqua notre position.
Une des gardes allait passer la fenêtre, je fis alors des gestes lents et hypnotiques, et lui ordonnait de retarder les autres, ce qu'elle fit en se mettant en travers du chemin.
Baptiste et Archaon prirent la fuite d'un côté et furent poursuivi par des abeilles, pendant ce temps, Edwil et Thadéus descendu au sol se retrouvèrent nez à nez avec une abeille près du bâtiment où nous étions.
Thadéus préféra sauter en travers d'une fenêtre qui se trouvait être la pièce où était retenu Inthémis.
Une lance lui fut pointé sous la gorge. Edwil suivit le même chemin et réussit par quelques acrobaties à échapper aux gardes et allait dans le couloir. Il grimpa sur une armoire puis s'y dissimula. Alors qu'un des gardes passa la tête dans le couloir et lança des sortes de jappement, une autre tête émergea au bout du couloir, une autre garde. Elle inspecta le couloir, et commença à donner des coups dans l'armoire. Un cri se fit entendre, celui d'Edwil blessait par la lance. La garde fit basculer l'armoire pour le faire sortir. Notre halfelin se rendit donc grièvement blessé et escorté dans la pièce avec Thadéus et Inthémis. M'étant approché de la fenêtre et voyant une partie des gardes, je commençais à incanter pour essayer de les plonger dans le sommeil. Une seule des gardes s'effondra, une autre regarda par la fenêtre m'ayant entendu incanter et me blessa avec sa lance. Je décidais donc de me rendre et nous fûmes donc tous au complet escorter en prison.
Je fûs baillonné et ligoté et attaché à un barreau. Baptiste, le fils du diplomate et Thadéus étaient enchaînés aux pieds et aux mains contre un mur. Edwil ligoté attaché à un barreau contre un mur.
Inthémis quand à elle n'avait qu'une chaine à une cheville qui restreignait ses déplacements hors de portée de ces camarades.

Qu'allions nous faire, nous sommes en bien mauvaise posture ?

J'essayais de trouver une solution en réfléchissant, seule liberté qui me restait alors que mes compagnons commencèrent à discuter d'une solution ...

Carte de Némédia

carte002

Posté par Waldham à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur [Archipels] Journal de Bord : Coraline 6 Pontaisie

Nouveau commentaire