23 janvier 2010

[Pathfinder] Toujours plus loin, toujours plus fort ! ou la saga de Fort Boyau

Toujours plus loin, toujours plus fort ! ou la saga de Fort Boyau
Alors qu'ils s'apprêtaient à descendre par l'escalier, du bruit attira l'attention de Pikrak, jetant un oeil dans la cour, il aperçut un gobelin qui approchait. Il fit demi tour et en avertit ses compagnons. Alors qu'il ouvrait la porte donnant sur la cour, deux gobelins s'étaient positionnés de part et d'autre de celle ci. Dans la cour au sud, se tenait un gobelin au côté d'un autre monté sur un lézard géant. Pikrak frappa le gobelin sur sa gauche et referma brusquement la porte devant lui au grand étonnement de ses camarades et à l'ébahissement des gobelins. Il ouvrit de nouveau et constata que les gobelins s'étaient éloignés du gobelin mais avaient pris leurs arcs à la main. Toran exaspèré d'être bloqué par le barbare décida d'aller fouiller plus loin des latrines dans un état immonde. Le barbare s'avança vers un des gobelins, Mirajeanne se posta entre les deux gobelins alors qu'Edrik s'attaquait au second. Le gobelin à pied en arrière se mit à chanter dans sa langue gutturale. Laissant tomber leurs arcs pour des armes de mêlée. Pikrak frappa le gobelin alors que l'autre était tué par Edrik. Malheureusement, le gobelin monté chargea Edrik et fit ensuite faire demi tour à sa monture reptilienne sans s'exposer à d'éventuel coups. Le barbare fit une roulade pour s'éloigner en passant entre le gobelin qu'il était en train d'affronter et Mirajeanne. Il chargea le cavalier gobelin levant son brise terre et l'abattit avec force fraccassant le crâne du cavalier et poursuivant son coup en brisant la colonne vertébrale du lézard géant. Le reste des gobelins fut rapidement hors d'état de nuire. Pendant ce temps, Toran avait mis à profit la fouille des latrines et y avait trouvé un mur dissimulé derrière lequel se cachait un coffre. Manquant de jugement, il s'empressa de l'ouvrir et faillit en perdre les mains lorsqu'une lame jaillit du coffre tel un diable d'une boîte, des milliers de pièces d'argent et de cuivre s'y trouvait. L'elfe fit part de sa découverte à ses compagnons. Ils trouvèrent une salle remplie de livres et de parchemins dans lequel se trouvait une jeune femme peu vêtu, une magicienne avec qui ils entrèrent en conflit. Ils réussirent à la capturer et à l'interroger. Ils apprirent qu'il y avait deux gardes du corps un gobelours et un certain Aurik et que Nuallia se trouvait dans les profondeurs.
Ils continuèrent leur exploration et après quelques couloirs traversaient arrivèrent en vue d'un temple dédié à Lamashtu, par la statue qui trônait en son extrémité tenant deux kukris auréolé d'une lueur bleue et orange respectivement. Deux chiens de Yeth gardaient les lieux et volèrent sinistrement vers les intrus qu'étaient nos aventuriers, Pikrak chargea un des chiens alors que Toran s'avançait sur le second. Les chiens poussèrent un hurlement qui glaça le sang d'Edrik et lui fit prendre la fuite. Alors que les bêtes agiles esquivaient les coups de nos comparses, Mirajeanne se jetait avec avidité sur la statue pour oter les deux kukris qu'elle tenait insensible au danger que courait ces camarades. Edrik pendant ce temps errait au travers des couloirs et des pièces s'exposant peut être à d'autres dangers. Pikrak finit par réussir à tuer un des chiens et prêta main forte à Toran qui fort de cette prise en tenaille put jouer de ses avantages à planter sa lame de façon vicieuse. Edrik reprenant ses esprits rejoignit ses compagnons, à peine le temps de souffler que deux personnages firent leur apparition à l'entrée du temple, un gobelours armé d'un arc long composite et vêtu d'une armure de cuir clouté. A ses côtés, un homme vêtu d'une crevice et portant un écu en acier représentant le visage d'un homme en pierre. Un arc long ceignait son dos et il portait à la main une épée bâtarde. Toran tira à l'aide de son arbalète alors que Pikrak chargeait le guerrier au bouclier lui pulvérisant les côtés d'un puissant coup de son brise terre. Le gobelours gênait par la présence du barbare à proximité dû s'éloigner par une acrobatie pour faire usage de son arc. Malheureusement l'attaque concerté des aventuriers mit rapidement fin à ses agissements. Pikrak décida de dépouiller l'homme au bouclier de ses biens, il trouvait la représentation du bouclier à son goût, sanglant le tout sur son sac à dos. Edrik enmena ses compagnons après leur avoir apprit que la jeune femme avait fuit par les endroits qu'ils avaient visitées et les fit venir jusqu'à une caverne donnant sur la mer, plus loin ils s'approchèrent d'une caverne remplie de cavernes exsangues, une sorte de calamar au tentacule armé d'un dard se dirigea vers eux et les attaqua. L'une de ses attaques faillit aspirer la force vitale d'un des aventuriers mais ils réussirent tout de même à en venir à bout. Ils découvrirent dans la pièce où ils avaient ligotés la magicienne, un passage secret par lequel elle avait du fuir, qu'ils empruntèrent.
Ils pénétrèrent dans une pièce rectangulaire pourvu de quatre alcôves dans lesquelles se trouvaient les statues endommagés représentant un homme portant un livre et des coutilles. A l'est, un couloir pourvu lui aussi d'alcôve et de statues semblables s'y trouvait mais l'oeil excercé de Toran, repéra deux herses en l'air dissimulé dans le plafond au niveau des alcôves qui emprisonnerait toute personne imprudente marchant sur une dalle à pression. Un peu plus loin au nord et au sud du couloir se trouvait deux portes. Celle du nord donnait sur une salle circulaire où se trouvait une femme, Nuallia d'après les dessins des documents récupérés avec une sorte de main griffue et accompagné d'un chien et de la mage nue. N'attendant pas que ses compagnons l'ait rejoint, le barbare la chargea et manqua son attaque. Toran s'occupa de la mage qui se battait à mains nues. La femme tenta d'incanter mais s'exposa permettant une ouverture à Pikrak qui en profita pour lui fracasser le bras, la faisant succomber à l'attaque. Rejoint par ses compagnons, ils mirent un peu plus de temps à se défaire des chiens et de la mage. Mirajeanne s'attela sans vergogne à dépouiller Nuallia de ses biens. Ils décidèrent d'emprunter la seconde porte qui donnait sur un couloir qui se séparait à un embranchement donnant sur un cul de sac se terminant par une sorte de pilier d'or et un autre couloir donnant sur une porte. Le pilier provoqua la confusion chez Mirajeanne et Toran, l'elfe cherchait à extraire l'or du pilier, Edrik indiqua à Pikrak qu'il semblait etre sous l'emprise d'une magie. Il secoua les deux confus en leur criant dessus, cela n'eut d'effet que sur Toran. Ils se dirigèrent vers la porte et entrèrent dans une pièce pourvu de six alcoves contenant chacun un sarcophage et une statue semblable aux précédentes mais tenant une épée. A peine entrés, trois ombres surgirent et les attaquèrent. Pikrak semblait ne pas réussir à les affecter à l'aide de son arme, de plus les créatures semblaient intangibles. Toran semblait avoir plus de succès avec son arbalète enchanté, Mirajeanne canalisa son énergie pour soigner ses comparses et blesser ses morts vivants, Edrik usait de ses sorts. Pikrak se retrouva avec une partie de sa force drainée, et Toran aussi mais à deux reprises, et tomba inerte au sol à la seconde fois.
(suite à venir)

Posté par Waldham à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur [Pathfinder] Toujours plus loin, toujours plus fort ! ou la saga de Fort Boyau

Nouveau commentaire